Parfois, des mamans me demandent comment apprendre à lire à leur enfant. Je donne toujours des conseils mais je ne fournis pas de "méthode". J'ai pensé que ce qui pouvait aider le mieux, c'était d'avoir la vision d'une expérience. Alors,voici un post où je raconte les différentes étapes que nous avons franchies avec mon Triton afin de parvenir jusqu'à la lecture.

Philosophie

J'ai parcouru les écrits de Maria Montessori et j'ai été particulièrement attirée par les périodes  dites "sensibles" que traversent un enfant. Au cours de ces périodes, le petit mobilise tout son être à un apprentissage en particulier. C'est ainsi que généralement, la période sensible pour la lecture commence un peu avant trois ans et se poursuit jusqu'aux 6 ans de l'enfant.

Mon objectif était de faire découvrir à Triton le monde de l'écrit, le plaisir de comprendre les mots qui nous entoure, de développer son sens de l'écoute (ce qui est pour moi le nerf de la guerre) dans un cadre bienveillant et surtout, dénué de stress et de pression.

Mais entre la théorie, la pédagogie, nos envies il y a... notre enfant. Que proposer ou non à notre enfant ?

Triton portait de l'intérêt aux écrits sur les bouteilles d'eau vers 2 ans. J'ai introduit et proposé des activités autour de la lecture à partir de ce moment là. En commençant tôt, nous avions tout le temps pour apprendre dans le plaisir au moment où son pouvoir de concentration sur cet enseignement était optimal.

 

Cette citation de Pennac révèle bien l'état d'esprit dans lequel il s'agit de se placer :  l’apprentissage de la lecture doit être un plaisir il ne s'agit nullement de forcer l ‘enfant à quoi que ce soit. Tout repose sur la volonté de l’enfant. L'important c'est d'y mettre du jeu, de la joie et de donner envie à l'enfant de découvrir ce monde merveilleux qu'est celui de l'écrit. C'est l'aider à ouvrir une porte, l'accompagner.

Voici les différentes étapes franchies :

Je me base beaucoup sur la pédagogie Montessori mais je ne suis pas une puriste (je n'ai pas du tout cette prétention). J'ai omis, volontairement ou non, certaines étapes, certaines choses afin de coller au plus près des besoins de Triton...

- l'alphabet rugueux et  la découverte des sons des lettres

61WG0M4792L__SL500_AA300_

Les lettres rugueuses sont sympathiques. Elles sont réalisées avec du papier de verre et l'enfant passe son doigt dessus en écoutant le son que l'on répète en la présentant. Le fait de toucher permet d'intérioriser la lettre et se l'approprier. Les lettres rugueuses ont été présentées par trois.

Triton n'a pas appris le nom des lettres mais le son :a, be, ke, de, e, fe, gue, he, i, je, ke, le, me ne,o, pe, ke, re, se, te, u, ve, ve,xe,i,ze. C'est par le seul biais auditif que j'ai présenté les sons des lettres. Il n'y a donc pas eu de gestes Borel, gestes dont je peux reconnaître certaines vertus pour des enfants présentant certaines pathologies, mais qui me paraissent terribles pour tout enfant appareillé et/ou implanté. L'objectif est d'éduquer l'oreille tant que possible, pas de pallier à d'hypothétiques soucis à venir.

Cette phase du touché n'a que peu duré avec Triton alors j'ai proposé d'autres choses.

- la reconnaissance des différents alphabets (cursif, script, majuscule pour l'école) avec les alphabets mobiles.

Les alphabets mobiles servent notamment à composer des syllabes et des mots. Mais je ne les ai pas utilisés ainsi au départ parce que je ne comprenais pas comment Triton pouvait composer des mots sans avoir avancé sur le plan phonologique. Par contre, j'aurai aimé avoir une belle boite avec les lettres en bois à l'intérieur mais restriction budgétaire oblige, j'ai réalisé une version papier... De plus, Triton accédant rapidement à l'abstraction, j'ai pu omettre des étapes comme celui du grand alphabet mobile.

J'ai présenté à Triton d'abord l'alphabet majuscule parce que c'est celui qui est utilisé à l'école.

C'est un choix de pure raison.Ici, sur l'image, ce sont les lettres majuscules d'un jeu mais j'avais aussi une version papier plus austère (qui d'ailleurs n'a pas marché donc oust, au placard).

 

Puis, nous l'avons associé à du script parce que c'est ce que l'on trouve dans les livres et le plus couramment dans notre environnement. Triton était très fier de reconnaître une lettre sur une affiche ou sur un livre.   Triton avait 3 ans  à cette époque. Et les trois alphabets étaient vu.

 

- La conscience phonologique : j'entends ou je n'entends pas. C'est une étape essentielle et cruciale puisque c'est ce qui conditionne la lecture future ET c'est ce qui peut être encore plus difficile pour nos enfants appareillés/implantés cochléaires.

La conscience phonologique, pour la majorité des enfants entendants se réalise très tôt. (bain de langage oblige) Pour un enfant avec un implant cochléaire et/ou des appareils, il faut attendre que son oreille soit fonctionnelle, logique ! En éducation classique, cette phase est proposée à l'enfant à partir de 4 ans. En Montessori et suivant l'enfant, c'est plus tôt. Triton l'a commencé vers ses 3 ans.

Nous avons donc passé du temps à entendre ou non les voyelles dans les mots. J'ai d'ailleurs fait un article à ce sujet ICI.

Puis, les consonnes.

Plus le temps passait, plus Triton développait de l'abstraction et donc j'ai là encore changé de support.

Nous avons fait beaucoup de maisons ou des arbres ou des étangs des sons...

 

 

 Il s'agissait à partir de cartes-images que je lisais (auditif pur) de retrouver le son clé. Ces jeux nous ont occupé toute son année de petite section. Ils se faisaient au gré des envies de Triton, des miennes aussi, petit à petit mais avec constance, suffisamment rapidement pour que Triton ne s'ennuie pas mais avec assez de lenteur pour qu'il n'oublie pas. Qui a dit que c'était simple ? :)

A cette occasion, j'étais bien obligée d'introduire les phonèmes (ou, oi, an, ch...) puisqu'on les entend dans les mots.

 

- La combinatoire ! C'est  l'association entre une consonne et une voyelle afin que mmm et aaa fassent /ma/. J'ai utilisé des lettres sur le modèle de l'alphabet rugueux pour associer les sons. Deux sons distincts qui finissent par se tenir la main :) Triton débute la combinatoire vers 3,5 ans. Comment ais-je su que c'était le bon moment ? Parce que Triton reconnaissait bien les sons dans les mots et qu'après quelques présentations de sons combinés, il avait compris le principe. Ainsi, je n'ai eu qu'à présenter /m/, /p/, /r/, /s/, et Triton pouvait ensuite combiner avec les autres sons.

- les dictées muettes  :

Nous les avons introduites tardivement parce que je ne voyais pas comment triton pouvait écrire des mots sans avoir un minimum de combinatoire en tête. Nous n'avons du coup utilisé réellement l'alphabet papier pour écrire de petits mots qu'après la période "combinatoire". Je n'ai pas utilisé les dictées montessori en première intention mais je les ai réalisées moi même. Ce n'est que maintenant que j'utilise les dictées montessori comme celle-ci :


 


 

 

 

- la lecture de tous les jours.

Avec Triton, je n'ai du coup pas utilisé de "méthode" de lecture style boscher comme on peut trouver dans les magasins. J'ai par contre repris mes vieux cahiers d'école avec lesquels j'avais appris à lire. Et tous les deux jours, je faisais lire à Triton la page de ce cahier. Ma maîtresse de l'époque faisait de la syllabique et avait donc une progression que je trouve sensée.

   Aujourd'hui, à 4.5 ans, Triton prend du plaisir à lire de petites phrases que je lui laisse sur la table. C'est la lecture "magique" avec des mots "surprise". J'essaie que cela fasse rire comme l'autre jour "papa a tâché sa cravate avec de la soupe."

Triton aime aussi beaucoup le livret  "mico mon petit ours" (qui tout seul, ne permet pas d'apprendre à lire, attention !!!)

 

J'ai donc filmé un petit moment privilégié de Triton sur le canapé.