La perte auditive a un impact direct sur le niveau d'intelligibilité de nos enfants. Avec les appareils auditifs et les implants cochléaires, la parole et l'articulation se mettent en place avec souvent un temps de décalage par rapport à l'enfant entendant.

L'objectif est de rattraper le développement langagier classique et de limiter certaines difficultés articulatoires. Evidemment, un enfant implanté très jeune aura un parcours plus simple et ne se confrontera pas aux mêmes difficultés qu'un enfant implanté plus tardivement et n'ayant jamais entendu jusqu'alors.

Voici à la fois un guide sur les capacités de l'enfant à produire les sons et les phrases  et quelques conseils pour aider votre enfant.

Quelques indications pour éviter

1/ de s'alarmer inutilement

2/ de forcer l'enfant à articuler avec de nombreuses heures d'orthophonie

3/ d'avoir une parole réfléchie et mécanique

Habilités phonétiques ET langagières

Il est important de veiller à ce que l'enfant prononce avec le temps toutes les consonnes et les voyelles de sa langue maternelle. Mais attention, il faut tenir compte du jour où il a commencé à bien entendre. Sans audition, pas de contrôle phonatoire. Donc, il faut tenir compte de l'âge auditif et tenter de combler le retard petit à petit par rapport à l'âge chronologique de l'enfant.

Par ailleurs, l'évaluation de l'intelligibilité n'est pas simple à réaliser pour un parent, tout simplement parce qu'il est en permanence avec son enfant, et qu'il est la première personne à le comprendre. L'évaluation ne doit pas en être une pour l'enfant. Elle doit se faire au quotidien, lorsque l'enfant joue ou discute avec vous, de façon très informelle. Il est souvent important de faire intervenir une tante ou un grand-père, une amie, de l'inviter à déjeuner et de lui demander de prêter attention aux babillages de son enfant. Cela donne aussi de bonnes indications.

1. Phonologie

Voici un tableau de développement phonologique, tiré de l'ouvrage d'Annie Dumont.

Les limites des traits correspondent à l'âge où la moitié des enfants prononcent le son correctement.

Par exemple, le son "g" commence à émerger vers 3 ans et doit être quasi acquis à 5 ans.

Un enfant 3 ans qui prononce mal le "CH" n'a rien de pathologique !!!

Cela signifie tout simplement que le travail d'orthophonie à proprement parler doit s'effectuer avec parcimonie.

Ainsi, mon Triton prononçait mal les "L". Il avait alors tout juste 3 ans et 1 an d'audition. L'orthophoniste qui me suivait une fois par semaine souhaitait lui apprendre visuellement à placer sa langue pour mieux le prononcer. J'ai refusé fermement. Il n'y a qu'à regarder dans le tableau ci-dessus, aucune urgence ni pathologie n'apparaissait. Aujourd'hui, à 4 ans, le "L" ne pose plus de problème.

2. Habiletés de langage

Afin de suivre au plus près l'évolution du langage de son enfant, de tirer la sonnette d'alarme ou au contraire de ralentir le zèle de certains professionnels, je vous propose un tableau sur les habiletés du langage que développent l'enfant entendant. C'est un extrait du Curriculum St-Gabriel de 2005, traduit et adapté en Français par Suzanne P. Doucet (AV thérapiste canadienne)

(cliquez sur l'image pour la voir en grand)

 

Alors, faut-il attendre que l'articulation, le langage se mettent en place seuls ?

NON. Cela ne signifie pas qu'il ne faille rien faire, et laisser le temps au temps. L'articulation, ça se travaille. Maîtriser les sons aussi ! Mais en AVT, il n'y a pas d'indices visuels pour faire sortir les sons, il n'y a pas de torsions de la bouche, il n'y a que des JEUX, des dessins afin que l'enfant ne se concentre pas sur cet organe...

Que faire au quotidien ?

  • Construire les pré-requis

- muscler la bouche : cf le jeu du yaourt et de la paille

- apprendre à mâcher

- travailler le souffle cf les blopens

- chanter !!!!!!!

- ralentir le débit de nos paroles à nous !

- s'assurer par les Ling que les appareils et les implants cochléaires sont bien réglés !!

- s'assurer qu'il n'y a pas de problèmes mécaniques (genre le frein de la langue trop court)

  • aider à sortir les sons par le jeu  (quelques exemples):

- les onomatopées des animaux, et des véhicules

Voici un extrait, traduit de l'ouvrage anglais "Auditory-Verbal Therapy and Pratice" de W. Estabrooks, indiquant les onomatopées utiles à utiliser avec vos enfants.

Les onomatopées sont d'excellents entrainement et on en fait jamais trop. (même s'il faut aussi savoir passer à autre chose après un certain temps ). Le principe est de faire bouger l'animal et/ou le véhicule en faisant le son. Pas de mouvement, pas de son ; pas de son, pas de mouvement. C'est la clé du succès :)

- les dessins des sons (article à venir)

- les babibou de Triton (jeux de répétitions de logatomes)

- l'emploi multiple des mots contenant les consonnes à travailler. Cochlear a fait un formidable document sur comment travailler les consonnes anglaises à la fois dans les jeux, les comptines et le quotidien. C'est donc bien sûr en anglais et j'aurais adoré qu'il existe un tel travail en français. Je ferais certainement un article en référence à cette grosse ressource d'activités.

-  l'apprentissage de la lecture

Tout ceci n'est pas exhaustif. Mais c'est un bon début pour aider nos enfants ! :)